Dominique Donadini est luthier spécialisé dans les guitares manouches.

32 Armand Meeschaert
Roubaix 59100
chitarraio@live.fr
+33 (0)6 19 71 54 95

Musicien dans l’âme, Dominique Donadini se définit comme un nomade

I am text block. Click edit button to change this text. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

d’ici et d’ailleurs, qui refuse de se ranger dans une case. La musique pour lui, c’est une histoire de famille : avec des parents musiciens et un grand-père ébéniste, sa carrière de luthier était presque inévitable.

Dès l’âge de 16 ans, il se passionne pour la lutherie qu’il exerce en tant qu’amateur. Ce qui lui plaît le plus ? L’esthétique du son, la recherche du beau : « Le luthier est toujours à la quête du son absolu, c’est presque une obsession ».

Mais pour ce fils d’immigrés italiens, transformer son rêve en réalité n’a pas été facile : « Mon père avait une volonté d’intégration très forte, il ne voulait qu’une chose pour ses enfants : qu’ils réussissent et si possible qu’ils gravissent les échelons, la musique devait rester un loisir, en aucun cas il n’était question d’en faire son métier ».

Sorti d’une école de commerce réputée, Dominique Donadini devient donc directeur dans une grande entreprise, assouvissant par là même l’idéal de son père.

Pourtant son rêve ne s’est pas évanoui. Très vite il se rend compte que le commerce n’est pas fait pour lui : « C’était très stressant et surtout très loin de l’univers que j’aimais : la musique ». Il démissionne et suit sa femme en Italie.

« Là-bas j’ai rencontré de grandes figures de la musique. Mario Grimaldi : un grand maestro qui m’a formé au métier de luthier, avec lui j’ai grandi sur le plan humain ». Au fil des rencontres, il apprend : « Il y a très peu d’écoles qui forment au métier de luthier, le métier s’apprend chez un maître qui transmet les paramètres qui influent sur le son. Le reste, le luthier le découvre seul en pratiquant ».

En 2005, il ouvre son atelier à Milan et se spécialise dans la fabrication de guitares de jazz acoustique. Aujourd’hui installé à Roubaix, il continue son travail à la fois en France et en Italie. Fort de ses expériences, Dominique Donadini estime que son métier implique deux impératifs. Le premier est artistique, le second est économique. En effet, à son sens, « il faut savoir répondre à la demande précise d’un musicien, très souvent le luthier fabrique des instruments qui n’existent pas sur le marché ».

Concurrence oblige, la fonction exige d’avoir l’esprit créatif, certes, mais pas seulement. « Je me considère avant tout comme un ouvrier en raison de la cadence à laquelle je dois m’astreindre lorsque je fabrique. La production est essentielle, d’ailleurs rapidité et qualité ne sont pas forcément antinomiques, j’essaye d’allier les deux ». Rapidité, créativité la liste n’est pas exhaustive, « la curiosité, le souci de l’esthétique du son, l’intelligence manuelle sont aussi des qualités pour exercer. Au fond, c’est une profession qui nécessite une grande intelligence », dit-il en souriant, avant d’ajouter avec humour : « Le luthier est sans doute un grand vaniteux ». Mais d’abord un artisan passionné et insatiable. •

Dominique Donadini, 363 rue de Lannoy, à Roubaix, 06 19 71 54 95. Email : chitarraio@live.fr.

Les rédactions de La Voix du Nord   la Voix du Nord

Gianfranco Malorgio

Share